• 4.2-Traitement du dessus

    Redoutée mais inévitable galère: le ponçage général                                                                                    

    C'est l'opération infernale, mais nécessaire.
    Elle va durer des heures....des jours....peut-être des semaines...je n'ai pas compté (quand on aime... !).

     

    J'ai osé commencé à la main...pour ne pas endommager....mais tès vite je suis passé à la ponceuse vibrante, grain assez gros....obligatoire, sinon j'y serais encore ! 
    Par contre, il fallait y aller avec une certaine douceur et un certain doigté pour ne pas attaquer la couche d'enduit initiale ou le tissu de verre.

    Pour que la mise en place d'une résine époxy soit efficace, j'ai tenu à éliminer toute trace d'anciennes peintures et donc arriver au niveau de l'enduit polyuréthane, dont je n'avais posé qu'une seule couche (une erreur!).

    La photo ci-dessous (plat bord) montre le résultat, et on constate que le rowing n'est pas loin (ce qui est blanc, c'est l'enduit, il ne reste absolument plus une seule goutte de la peinture ancienne).

     

    J'ai commencé par le cockpit qui avait été assez bien protégé avec du tissu de verre enduit de résine.
    Puis j'ai entrepris le dessus du roof n'avait pas été plastifié avec le tissu de verre (j'avais passé seulement deux couches de résine sur le contreplaqué).
    Le ponçage a mis le bois presque à nu, comme le montre ces photos:

     Dessus du roof poncé

    Ensuite je suis passé aux premiers bouchains.
    Pour ceux du dessous, trop difficile à travailler dans cette position, j'ai prévu de le faire, coque retournée
    Je vais donc rentrer le bateau dans un garage, équipé à cet effet (voir article consacré au retournement), ce qui sera également mieux adapté aux traitements de finition.

     

    Bateau posé dans son abri

     

    Le bateau étant posé à l'endroit, j'ai donc entrepris de poursuivre le traitement du dessus: cockpit et pont.
    Comme j'étais désormais en intérieur, j'ai branché un aspirateur sur ma ponceuse vibrante: indispensable et impeccable!

    L'opération de ponçage du dessus terminée, il me parut pratique et évident de faire l'enduction de résine époxy à ce stade, pour retourner la coque ensuite et faire ensuite le dessous: ponçage et résine.

     

    Application d'une couche de résine époxy                                                                                                           

    Une fois le revêtement du dessus poncé, aspiré, nettoyé, dégraissé à l'acétone, je l'ai recouvert de résine époxy.

    Pour renforcer les parties fragiles ou facilement usables, j'ai rajouté une épaisseur de tissu de verre:

    - au fond du cockpit, pour doubler le premier que je trouvais usé
    - sur l'étrave et sur les jonctions plats/bords bordés
    - et sur le dessus du roof, qui n'en avait pas eu

     Résine + tissu de verre sur le fond du cockpitRésine + tissu sur plats bordsCouche de Résine + tissu sur le roof

    La résine utilisée était transparente. Je l'ai, par la suite, teintée de bleu, pour mieux voir les anomalies, creux ou épaisseurs, et ainsi poncer (encore et toujours) ce qui doit l'être.

    Résine bleuie

    Pour que la résine s'étale régulièrement et "coule" le moins possible, j'inclinais le bateau de manière à ce que les surfaces à recouvrir soient le plus horizontales possibles (ici les cotés intérieurs du cockpit). De plus, j'avais protégé les cotés du bateau par du journal, pour éviter de pourrir les premiers bordés par des coulures de résine qu'il me faudrait à nouveau poncer: mauvais plan ! L'arrachage de journaux enduits de résine fut plus difficile que de "récolter" au fur et à mesure les coulures résine....et du coup, ponçage (délicat) des jonctions.

    Pour éviter de multiplier les retiurnements (où il y a toujours un risque d'endommagement, même minime, de la coque), je décidais de n'en prévoir qu'un seul et donc de terminer par le dessus.

    Prochaines étapes: retournement et traitement du dessous, jusqu'à la finition.

     

    Remarque sur la résine utilisée.

    Je me suis laissé conseillé une résine époxy Résoltech dont les avantages sont:
    - temps de travail/pot life confortable: 40 min à 23°C selon le fabricant (en réalité plus long si température plus faible).

    - mélange assez peu sensible à la chaleur (température >10°, c'est tout) et à l'humidité.
    Par contre, cette résine reste très fluide, même avec l'adjonction de microballon: elle épouse très bien (trop bien) les formes.
    En résumé, il est assez difficile d'obtenir une surface homogène et régulière, un peu épaisse comme je l'aurais souhaité
    notamment sur tous les panneaux inclinés.

     J'ai donc été contraint de multiplier les enductions et les ponçages pour arriver une une pellicule de protection à peu près d'égale épaisseur sur toute la coque

     

     

    Finition du dessus: roof et cockpit                                                                                                                                            

     

    Le dessous de la coque étant terminé, je reprends le traitement du dessus.

    Ponçage bien sûr, mais surtout élimination des irrégularités, recouche époxy là où l'épaisseur est insuffisante.

     


  • Commentaires

    1
    étienne
    Lundi 23 Février 2015 à 19:10

    apparemment ppu et époxy ne sont pas compatibles

    2
    Lundi 23 Février 2015 à 19:15

    D'après mes renseignements, c'est compatible. Ce sont les rapports avec le polyester qui sont plus problématiques.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :